• Outils coopératifs (définitions de pratiques professionnelles)

    Mes outils sont le fruit de rencontres, de collectes, de recherches individuelles et collectives.

    Pour mieux prendre en compte la grande hétérogénéité de mes élèves, j’ai cherché à mettre en place une gestion du temps collectif qui tienne compte des rythmes et des besoins individuels. J'ai notamment suivi les conseils de Sylvain Connac (enseigner avec les pédagogies coopératives, que je vous conseille vivement).

    Je rappelle que les traces écrites et documents téléchargeables ici ne reflètent qu'une partie de ma pratique professionnelle.... L'esentiel étant bien sûr la prise en main de toute séance. Je les partage afin que vous puissiez les utiliser, mais les usages et les effets ne sont pas "garantis".

    Enseigner, ce n'est pas appliquer des recettes ou mélanger des ingrédients... C'est réfléchir à des dispositifs qui encadrent la classe et favorisent les enseignements quels qu'ils soient.

    Merci d'en prendre "bonne note" ...

  • Pidapi expliqué aux parents !Pendant ces vacances, mes copains auteurs de PIDAPI ont bien travaillé !

    Ils ont notamment réalisé une vidéo expliquant cet outil aux parents (et aux collègues désireux d'en savoir plus  bien sûr!:)

    Alors, je vous en fais profiter ici !

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Partager via Gmail

  • Tag le retour !    (propriétés de l'image:O. Gade http://www.kiloptyque.net/post/2012/03/15/1024)

     

          Haddock et Ermeline viennent de me taguer au nouveau jeu lancé par Mélimélune. Il s'agit d'un questionnaire pour se présenter différemment, mieux se connaître! Alors, c’est parti pour répondre à ces quelques questions !

      1. Quelle matière préfères-tu enseigner ?

     J’aime tout ce qui fait mon métier : changer de niveau scolaire (j’ai couvert toutes les classes sauf l’ASH pour l’instant), changer de matières, les coupler en organisant des projets interdisciplinaires pour favoriser le SENS du travail…

    Ceci dit, là où j’ai l’impression de prendre une revanche sur la vie, c’est en mathématiques. Les maths ne m’aimaient pas quand j’étais enfant, et maintenant, je trouve un plaisir géant à les enseigner. J’aime entendre mes élèves dire : « avec toi maîtresse, je n’ai plus peur des maths ! » (ma thérapie ;) )

      2. Si tu pouvais faire intervenir un auteur dans ta classe, lequel choisirais-tu ?

     Certainement Susie Morgenstern, si les élèves sont en cycle 3.

      3. Quelle est ta perle d'enfant préférée ? 

     J’en ai tous les jours à la bouche, mais là, je sèche … s’il m’en vient une, je ferai un édit !

      4. Quel commentaire sur ton travail t'a le plus énervée ? 

    On m’a reproché de trop sortir de la classe. Or, pour moi, le travail est là où est la vie. Ce sont les rencontres avec des vrais gens qui alimentent les questions, les envies et les projets de mes élèves… Grandir en étant heureux, c’est possible et rassurant !

    Le « dehors » pour l’école ne devrait pas être un monde hostile ! Les apprentissages scolaires ne devraient pas être déconnectés de la vraie vie !

      5. Quel commentaire sur ton travail t'a fait le plus plaisir ?

     Je ne sais pas trop, je tâche de ne pas trop prêter attention à des louanges possiblement hypocrites. Je me fie à mon plaisir à être en classe, c’est mon meilleur baromètre.

      6. Décris-nous un peu cet élève que tu n'oublieras jamais. 

     Cet élève, c’est un loulou dont j’ai fait basculer la route… en accueillant ses parents à l’école, en organisant une équipe éducative, en signalant une situation préoccupante à l’assistante sociale... En 13 ans de carrière, à ce jour, ils sont 6 que je n’oublierai jamais !

      7. Quel projet t'occupe l'esprit en ce moment ? 

     Un projet de master, avec au bout, peut-être un changement d’aiguillage, car … même si j’adore ce métier, je ne sais pas si je saurai le faire encore 30 ans !

      8. Quelle pratique de classe te comble particulièrement ? 

     Le fonctionnement en pédagogie institutionnelle me rend très fière de mes élèves. Quand je les vois en conseil de classe, régler leurs conflits seuls, se féliciter et proposer pour la classe des améliorations, j’ai le cœur qui bat la chamade ! Même à 6 ans, on a des choses à proposer dans l’intérêt du groupe !

      9. Quel petit matériel te rend la vie plus simple en classe ?

     Mon TBI m’ouvre des perspectives que je n’ai pas fini d’explorer et aussi mon petit tableau blanc amovible avec feutre me sauve la vie … car je suis allergique à la craie !!!

      10. Quel devrait-être le premier point de la réforme selon toi ? (tu as le droit de rêver !) 

      Le retour d’une vraie formation initiale rémunérée pour les professeurs stagiaires, afin de garantir un renouvellement de qualité dans les classes. Ces jeunes promos sont motivées mais ont besoin d’un cadre bienveillant pour s’épanouir dans ce métier. On est obligés de leur donner des recettes qui ne les mèneront pas bien loin, dès qu’ils cesseront de se regarder le nombril et découvriront la nature de leurs élèves.

    Je ne suis pas un dindon, je suis favorable à ces réformes en cours. Pas parce que c’est la gauche, mais parce qu’il faudra du temps pour reformer un puzzle cohérent en matière d’éducation après tant de casse.

    Alors j’ai confiance pour le moment. Les gens localement, sauront j’espère, repérer les priorités pour leurs enfants et se battront pour un accompagnement hors temps scolaire de qualité.

    Et à mon tour, je tague Romy, Maîtresse Alexa, Elise, Joujoule et Oléa Européa pour lire leurs réponses à cet interview en règle!

     

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Dans ma classe et celle de nombreux enseignants pratiquant la communication non violente (pédagogie institutionnelle, autres pédagogies coopératives ou lecteurs assidus de Sylvain Connac entre autres), les élèves apprennent à régler leurs conflits par le message clair.

    Un message clair, c'est en fait utiliser le langage pour faire entendre à son agresseur une douleur physique ou morale. Il arrive en effet que nos mots dépassent nos pensées, ou blessent autrui sans qu'on en ait l'intention. De même, il arrive qu'un"arrête" soit perçu comme un "continue, qu' est-ce qu'on s'amuse bien!".
    Dans ces cas là, un profil d'agresseur/agressé apparait.

    Le meilleur moyen pour stopper net le malentendu est de se faire un "message clair":

    -ce que tu m'as fait m'a fait mal (dans moncoeur, dans mon corps) et je vais te dire pourquoi.. Quand tu as fait ceci, cela m'a fait cela, est ce que tu comprends?

    -oui, je comprends, je te demande pardon. Je suis désolé, je ne le ferai plus.

    Sur ce site québecois (décidément !), vous trouverez la méthodologie du message clair super bien expliquée.

    En PJ, voici comment j'affiche la procédure pour mes élèves du cycle 3.

    Brevet de maîtrise de message clair.pdf

    affiche message clair.pdf

    En cycle 2, avant le conseil du vendredi, tous les messages clairs non réglés ou non effectués sont abordés, parfois par 2, parfois en jeu de rôle.Si vous commencez à travailler le message clair, je vous conseille d'abord d'effectuer un travail sur l'expression des émotions (comme les émoticones ou les smileys d'enseignement des langues vivantes).

    Puis, un point de départ ou une piqûre de rappel peut être le visionnage des vidéos de capcanal à partir des petits films "ça me touche". Cela peut aussi être le sujet d'un débat philo (DVP) ou d'un point de morale laïque...

    Pour vous convaincre, si ce n'est pas encore le cas, voyez ici un édit vers cet article canadien sur l'intimidation chez les 4-11 ans.

     Voilà !

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Chers amis blogueurs,

    Si vous ne visitez pas ce site pour la première fois, vous savez déjà que ce n'est pas chez moi que vous trouverez du tout prêt à utiliser pour votre classe (ou si peu). Vous trouverez en revanche de quoi réfléchir dans vos pratiques, chercher des outils différents, des expériences de classe, des exemples de pratiques...

    Et bien aujourd'hui, j'ai décidé de vous présenter des sites qui vous permettront de "descendre de vélo pour vous regarder pédaler".

    Il s'agit de sites destinés à la formation continue d'enseignants, avec des analyses de pratiques en vidéo. Vous y trouverez certainement de l'inspiration pour évoluer dans votre pédagogie, interroger certains dispositifs. Vous pourrez aussi vous préparer à de la critique de leçon si vous préparez le CAFIPEMF, ou si vous êtes tuteur d'un prof des écoles stagiaire.

    Certains de ces sites sont soumis à inscription préalable, mais sont gratuits et vraiment de bonne qualité.

    -Banque de séquences didactiques du CNDP

    -TFM et TFL télé formation maths et télé formation lecture

    - Néop@ss de l’IFé

    Enfin, un dernier que je viens de dénicher :

    - Zoom sur l’expertise pédagogique : son objectif est de rendre accessible, sous forme vidéo, des documents traitant de l’enseignement et de la didactique dans une perspective de formation professionnelle continue des enseignants et éducateurs au Québec (mais cela fonctionne aussi en France!).

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • ...taguée moi aussi !

    Je me suis fait taguer par François, Léna, Elise et Ermeline mais j'étais en vacances ... alors je réponds au petit jeu en dernier!

    L'objectif : répondre à un petit questionnaire spécial éducation et à son tour, taguer d’autres collègues blogueurs... mais je crois bien que je suis la dernière !!!

    1) Quelle est la 1ère chose que tu fais en arrivant à l’école ?

    J'arrive à 8h 10 ... pour être de service à 8H 20 et commencer la classe à 8H30, a.lors je n'ai pas des montagnes de temps. Quand je n'ai pas de photocopies à faire, j'installe mon portable de la classe relié au TBI, je réfléchis à une surprise que je ferai à mes élèves pour cultiver une ambiance sympa !

    2) Quelle petite manie de tes élèves te hérisse le poil ?

    Quand dans les temps de langage, les élèves commencent leur intervention par "Eh bé moi..." ben oui, on est bien dans le Sud Ouest !

    3) Quelle petite manie de tes élèves t’attendrit ?

    J'adore quand, en récré, ils jouent dans la cour à un jeu coopératif, mêlant filles et garçons... sans aucune consigne spécifique de ma part.

    4) Et chez tes collègues alors ?

    Je ne les connais pas encore assez bien pour être véritablement attendrie.. mais j'aime bien les voir au repos, en train de papoter gentiment d'autre chose que de l'école !

    5) Si tu ne devais garder qu’un seul manuel/fichier, lequel serait-il ?

    Je n’utilise pas de manuel, mais je suis inconditionnelle de quelques séances d'Ermel en mathématiques. Et j'adore le matériel d'Odilon. Et puis dans ma rubrique, mes lectures, je vous conseille de faire un tour dans les ouvrages de Pédagogie institutionnelle et de pédagogie coopérative !

    6) Quel est ton livre de littérature de jeunesse préféré ?

    J'aime beaucoup toute la littérature enfantine digne de ce nom ! J'en lis au moins 2 par semaine en classe et tous les soirs à mes enfants...

    7) Être maikre ou maikresse, ça s’est imposé à toi quand, comment ?

    J'ai un papa ex instituteur, mais je crois que l'enseignement est quelque chose qui m'a toujours plu. J'ai eu la chance d'être élève dans une école traditionnelle puis dans une école pilote Freinetique... et l'élan de leiberté que j'ai ressenti m'a toujours habitée. Je me suis toujours promise de permettre à mes élèves de sortir de leur coquille... en totue sécurité et avec bonheur et envie de grandir !

    8) Une bonne journée d’école pour toi, c’est quoi ?

    C'est une journée riche en événements, où les élèves ont réussi à boucler des projets qui leur tenaient à coeur, cela peut aussi être un moment où ils ont réussi à révestir une notion difficile que je ne croyais pas acquise... C'est une journer où j'ai eu des surprises, des émerveillements, avec mes élèves ou par eux.

    9) À un parent d’élève qui te demande avec agressivité « M’enfin les enfants sont donc pas surveillés ? » parce qu’en classe, bichon (monté sur ressorts) a pris le doigt du voisin dans l’oeil en se retournant alors qu’il était censé se concentrer sur son exo, tu penses que tu répondrais quoi là, spontanément ?

    Cela ne s'est jamais produit, mais comme je suis championne des maladresses, je crois que je serais capable de mimer la scène au parent en me félicitant de ne pas avoir éborgné moi-même son chérubin !

    10) Une révolution dans ta façon d’enseigner  (moyens matériels, pédagogie. ) ce serait quoi ?

    J’ai déjà aussi des conditions de travail exceptionnelles, mais il faut que je réussisse à me poser quelque part, car j'ai beaucoup changé d'école... Je vodurais savoir bien utiliser ce TBI que j'ai depuis septembre, mais que je n'exploite pas autant que je le souhaiterais ...

    Je crois que je dois davantage faire confiance en l'équipe qui m'entoure, en mes élèves, pour vraiment réussir à mettre en oeuvre la pédagogie institutionnelle.

    11) Quelle est la dernière chose que tu fais le soir en quittant l’école ?

    J'éteins le TBI, je récupère le portable pour y ajouter de nouveaux programmes à utiliser avec lse élèves, je récupère la carte mémoire de l'appareil photo pour mettre le blog à jour... et je salue la personne qui remet la classe en état.

    12) Et pour décrocher, tu fais quoi ?

    Je cuisine (je compte très bientôt contribuer au nouveau blog des Eklaprofs les plus gourmands !!! Il s'agit d'Ekla de gourmandises)... Ou alors, je scrapbooke quand j'ai beaucoup de temps !!!

     A bientôt, excellente année à tous mes lecteurs !

    J'espère que vous ne faites pas comme moi... Deuxième salve d'antibiotiques des vacances de Noël... je suis tellement consciencieuse que je tombe toujours supermalade en vacances...Quelle poisse !

     

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  •  

     Je viens de vivre une expérience d’une richesse extraordinaire… de celles qui font dire « je  reviendrai ! »

    Je viens de passer 4 jours avec  l’équipe de l’ICEM 34, mais aussi du GLEM (groupe Lyonnais de l’école moderne), et aussi de quelques personnes venues là se ressourcer et trouver des collègues en ce début de vacances de la Toussaint.

    Quand je dis "quelques", tout est relatif… 80 personnes, de tous horizons, très majoritairement du premier degré, mais aussi d’autres branches, d’autres secteurs professionnels, des animateurs, éducateurs, des presque-plus profs, des à-peine profs, des pas-encore profs, des aguerris, des confirmés, des débutants… des couples d’instits, des conjoints non enseignants, des familles entières, des enfants à naître, des bébés, des scolarisés, des collégiens…des supers geeks tout le temps dans le local informatique, des adeptes du papier, de la colle et des ciseaux… bref, des gens ordinaires quoi !

    On est tous venus avec des choses à partager, à manger, à boire, à réfléchir, à discuter, à débattre, à rêver… Du dimanche au mercredi au bord d’une plage sublime, bien à l’arbi du vent fort et des gouttes, nous avons savouré une éclaircie, une accalmie d’octobre, dans le centre mer et Soleil de Sérignan.

    Comment faire fonctionner un groupe de 80 personnes en auto gestion qui ne se sont pas concertées ? Comment satisfaire au maximum tout le monde ? Comment chacun fera t-il un bout de chemin pour gérer ses frustrations et accepter de coopérer, de donner, de participer ?

    C’était tout l’enjeu de nos conseils de matinée et de nos bilans de soirée… à chaque fois animés par des binômes intergénérationnels …

    J’ai pris une super leçon de démocratie participative ! J’ai été enthousiasmée par ces remarques positives qui émanaient de chacun… et puis surtout, je me suis régalée de chaque journée passée…

    C’est incroyable, je suis arrivée épuisée en fin de cette période de 8 semaines… je craignais de ne pas assurer… et j’ai réussi à même participer aux veillées !!!

    Nous étions tous avides de partage, de mutualisation en tous genres (de la recette du gâteau aux modalités de parution du journal scolaire, en passant par les créations maths).

    Entre le dimanche et le mercredi, j’ai travaillé sur le journal scolaire, les créations mathématiques, les plans de travail, la création d’un nouvel outil coopératif, un atelier pâte fimo (dans lequel j’ai appris à fabriquer de belles cannes !), un atelier rando philo (avec l’auteure du concept !), sans parler des chants appris (du chant choral à 6 voix et 60 personnes ;), de petites balades sur la plage pour apprendre à découvrir le milieu (et savoir l’exploiter en classe !), et de toutes ces petits moments délicieux qui font aimer un stage : des sourires, des nouveaux copains et copines, des spécialités locales, des convictions aussi, des jeux de société, des jeux de rôles, des activités sportives (parachute, fil à grimper), des animations de soirée (film d’animation en pâte à modelé, démo de bolas), chansons, danses…. Bref ! Que du bonheur !

    Voilà, maintenant, le stage est fini ! Je découvre tout ce dont regorge ma clé USB, je prends un temps pour noter ce que j’ai appris, ce que j’ai retenu, ce que j’ai découvert… et c’est 1000 fois plus que ce que j’étais venue chercher là ! J’ai l’impression que la sortie était très très loin, et j’ai de la matière pour commencer mes vacances avec le sourire ! Excellentes vacances à tous !

    Dans un prochain article, je vous parlerai d'un moment très fort du stage... le marché de connaissances !

     (si des copains du stage passent par là et veulent réagir, votre commentaire sera le bienvenu !)

    Mon premier retour sur le Stage Icem 34 à SérignanJ'ajoute ici une sorte de rallye liens, vers les retours de stage de mes copains ;)

    Chez Yannig, chez Bruce,

    Partager via Gmail

    25 commentaires
  • Je vous note ici des bribes de mon mémoire de Cafipemf ainsi que d'une animation sur la découverte de l'écrit en maternelle menée le mois dernier.

    Toutes les activités d'écriture en permettant d'individualiser les lettres fournissent un support important pour la construction du principe alphabétique:
    –copie d'un mot en lettres capitales puis en lettres cursives
    –description d'un mot écrit
    – comparaison de deux mots écrits
    – utilisation des mots ou fragments de mots référents affichés.Pourquoi apprendre à lire par l'encodage des sons plutôt que le décryptage de mots?

    Ecriture de GS en milieu d'année


    Toutes les tentatives d'écriture dès la moyenne section doivent être encouragées et provoquées car c'est dans les activités d'écriture que les enfants sont obligés de s' interroger sur les composantes de l'écrit (cf les travaux d'Emilia Ferreiro in Lire-écrire à l’école, comment s’y apprennent-ils ?  qui a travaillé sur les représentations de l'écrit des enfants à partir de 4 ans notamment).

    Pourquoi apprendre à lire par l'encodage des sons plutôt que le décryptage de mots? Pourquoi apprendre à lire par l'encodage des sons plutôt que le décryptage de mots?

    La prise conscience de la segmentation de l’écrit en mots séparés les uns des autres, segmentation qui ne correspond
    pas au découpage de l'oral, est une étape essentielle de l'appréhension de l'écrit.. L'objectif n'est pas en soi de retenir des mots mais de construire le principe de correspondance.

    Pourquoi apprendre à lire par l'encodage des sons plutôt que le décryptage de mots?

    André Ouzoulias (de l’université de Versailles) montre toute l’importance de faire produire des textes aux élèves pour les aider :

    • à comprendre que l’écriture note le langage et aide à accéder à la conscience lexicale (découverte de la notion de mot)
    • à développer une perception plus analytique des mots (attention aux lettres et à l’épellation)
    • à découvrir de premières régularités graphiques et graphophonologiques.
    • à mémoriser les mots les plus fréquents (avec, dans, le, la, une, je, on, et, que…)
    • à découvrir les marques morphosyntaxiques (s, ent) et à comprendre leur rôle.

    Les apprentissages réalisés en situation d’écriture sont mieux mémorisés.

    Jacques Fijalkow, de l’université de Toulouse Le Mirail propose de faire une plus grande place à l’écriture dans
    l’apprentissage de la lecture :

    • L’écriture est « plus active que la lecture », la production demande un effort plus grand et des compétences plus importantes que celles qu’exige une réception.
    • Un deuxième avantage est relatif à la clarté cognitive: On peut supposer qu’introduire d’emblée des activités d’écriture peut faciliter à l’enfant la compréhension de ce qu’est l’écrit.

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • bonial – horaires et promos – moins de co2 Je suis très très fière de vous annoncer qu'un arbre a été planté pour compenser l'utilisation en carbonne de ce blog!

    Merci pour les magnifiques efforts de cette association de Petits gestes ecolos, sur le principe de 1 blog = 1 arbre !

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Voici quelques affichages (j'en ajouterai d'autres au fur et à mesure) qui me servent à délimiter des espaces dans la classe, et à délimiter la parole, pour mieux partager les mots des enfants et le temps disponible Mon petit matériel institutionnelentre tous.

    Ces documents concernent le cycle 2.

    affiche de la crèche

    affiche de la table d'exposition

    maîtres mots du choix de dessins

    maîtres mots du choix de textes

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique